Campagne « Distraction au volant »

Le 29 mai 2019, le BAC dévoilait les résultats d'un sondage mené par la firme SOM inc. sur les distractions au volant.

Le chiffre est impressionnant : 75 % des conducteurs déclarent avoir été distraits au volant au cours des 6 derniers mois*. Pourtant, 90 % des conducteurs ont conscience que les accidents causés en raison de la distraction peuvent faire augmenter les primes d’assurance automobile.

Être distrait, ça veut dire quoi?

La distraction au volant vient de plusieurs facteurs: téléphoner, envoyer un message texte, mais aussi manger, boire, se maquiller ou encore écouter de la musique. Toute activité qui détourne l’attention du conducteur de la route est considérée comme une distraction.

Les conducteurs sont distraits et il ne s’agit pas de comportements isolés. En effet, au cours des 6 derniers mois, les conducteurs interrogés ont déclaré avoir, à plusieurs reprises :

  • Mangé ou bu : 55 %
  • Téléphoné : 39 %
  • Texté : 11 %

Parmi les conducteurs reconnaissant être distraits, le sous-groupe des 35 à 44 ans est surreprésenté; 87 % d’entre eux ont déclaré avoir été distraits au cours des 6 derniers mois comparativement à 75 % pour l’ensemble des répondants.

Sensibiliser au risque pour limiter les accidents

C'est dans ce contexte que le Bureau d'assurance du Canada a lancé une campagne sur le Web pour sensibiliser les conducteurs aux différentes distractions au volant. L’objectif de cette campagne est que chaque conducteur prenne conscience des distractions qui l’entourent et de la nécessité de minimiser les risques. Rappelons qu’un comportement responsable ne pourra qu’être favorable au dossier de conduite du conducteur.

Voici les différentes capsules vidéos qui ont été diffusés sur le Web et dans les médias sociaux.