Inondations

Au Québec, il se produit chaque année des inondations dont l’intensité peut varier. Des inondations majeures surviennent toutefois et ont des impacts importants sur les localités affectées et leurs résidents. Elles constituent un lourd fardeau économique pour tous les paliers de gouvernement, et mettent en péril la situation financière des citoyens et des entreprises.

Depuis plusieurs années, les assureurs de dommages militent en faveur d’une gestion responsable du territoire afin de réduire  les propriétés et les infrastructures vulnérables aux inondations et rendre ainsi les collectivités plus résilientes face à ce fléau.

Êtes-vous à risque d’inondation?

En assurance, l'inondation est la résultante du débordement d'une étendue d'eau naturelle et qui atteint votre propriété.

Une inondation peut être causée par la crue des eaux, les pluies diluviennes, la fonte des neiges, les embâcles, etc.

Pour connaître le risque d’inondation dans votre lieu de résidence et la réglementation en vigueur, informez-vous auprès de votre municipalité et de votre MRC. Le ministère de la Sécurité publique rend également disponible aux citoyens son application Géo-Inondations.

Informez-vous auprès de votre assureur pour connaître vos options d’assurance :

  • une protection supplémentaire (avenant) est offerte par certains assureurs contre le débordement d’un cours d’eau, sous certaines conditions;
  • votre assureur évaluera le risque en fonction de votre situation.

Quoi faire en cas d’inondation?

Afin de prévenir les dommages causés par l’eau et protéger vos biens, communiquer rapidement avec votre assureur pour l’informer de la situation et demander conseil.

Pour en savoir plus, consultez les outils suivants :

Un programme d’aide financière est également disponible pour les citoyens sinistrés. Ceux-ci peuvent faire une demande auprès du ministère de la Sécurité publique.

Quelques statistiques

Au Canada :

  • 19 % de la population (1,7 million de propriétés*) vit dans une zone inondable;
  • Les sinistres assurés liés aux inondations ont atteint en moyenne 405 millions $ par année entre 1983 et 2008, et 1,8 milliard $ entre 2009 et 2017;
  • En 40 ans, les coûts liés aux inondations ont quadruplé et représentent 75 % de toutes les dépenses des Accords d’aide financière en cas de catastrophes.

Au Québec :

  • 20 % de la population (340 000 propriétés*) est exposée aux inondations;

Pluies diluviennes et inondations du printemps 2017 :

  • 293 municipalités touchées dans 15 régions administratives;
  • ont coûté 100 millions $ en pertes assurées;
  • ont coûté près de 300 millions $ au Gouvernement du Québec (pertes non assurées);
  • plus de 6 000 réclamations (programme public d’aide financière).

*Ne tient pas compte des immeubles en copropriété et de logements.

Rendre le Québec plus résilient face à l’inondation

Les inondations représentent souvent des pertes non assurées et non budgétées et, par conséquent, elles constituent un lourd fardeau financier pour le gouvernement, les villes et les citoyens. Le Québec, comme les autres provinces, dépend également des Accords d’aide financière en cas de catastrophes (AAFCC) du fédéral pour indemniser les sinistrés et financer le rétablissement.

Depuis plusieurs années, on constate que les inondations surviennent désormais en toute saison, que les infrastructures ne suffisent plus et que les aménagements du territoire sont vulnérables. Dans les années à venir, le risque d’inondation sera multiplié avec l’impact des changements climatiques.

Des actions à entreprendre dès maintenant

Plus que jamais, il est important de développer une stratégie d’adaptation au risque d’inondation visant un rétablissement durable des collectivités :

  • Investir dans les infrastructures et les efforts d’atténuation des risques;
  • Mettre en place des mesures vertes et naturelles (voir l’étude du BAC);
  • Sensibiliser le public au risque d’inondation et donner les moyens aux citoyens de se protéger;
  • Ne pas construire ou reconstruire en zones inondables;
  • Mettre à jour la cartographie.

Trouver des solutions pour les propriétés à haut risque

Bien que l’assurance privée ait commencé à être offerte, elle ne peut tout couvrir, car il y aura toujours des risques que les assureurs ne pourront assumer seuls. C’est le cas des propriétés situées dans les zones à haut risque.  Des solutions, telles qu’un programme spécifique et des incitatifs, doivent être mises en place pour réduire à plus long terme le nombre de résidences établies dans ces zones.

L’inondation : un enjeu au cœur des travaux du BAC

Au Québec, le BAC œuvre activement à mieux faire connaître le risque d’inondation et les mesures de prévention :

  • Mène des campagnes de sensibilisation des consommateurs sur les dégâts d’eau et le risque d’inondation;
  • Milite avec divers intervenants auprès du gouvernement pour une gestion du territoire plus responsable;
  • Collabore étroitement avec le ministère de la Sécurité publique afin d’améliorer le processus d’indemnisation des sinistrés;
  • Organise des événements et des rencontres avec les intervenants clés.

Lors de catastrophes, telles que les inondations survenues au printemps 2017, le BAC intervient auprès du gouvernement, des autorités municipales et des sinistrés pour assurer une coordination avec les assureurs dans les efforts de rétablissement et le règlement des sinistres.

Au Canada, le BAC est en pourparlers avec le gouvernement fédéral pour établir un programme national d’assurance inondation qui vise en particulier les propriétés à haut risque. À la demande de Sécurité publique Canada, il dirige les travaux d’un comité de travail afin de développer des propositions concrètes.

Pour améliorer les connaissances sur le sujet, le BAC publie également des études sur le risque d’inondation et de l’information spécialisée.