Vol automobile

Chaque jour, environ 35 véhicules sont volés au Québec. Cela représente un total de 12 455 vols en 2018 et des indemnités qui s’élèvent à près de 130 millions de dollars pour les assureurs automobiles du Québec seulement. Des véhicules sont volés pour être revendus en entier ou en pièces détachées. D’autres véhicules sont volés pour être exportés à l’étranger ou alors pour commettre d’autres crimes.

Le vol n’est pas un crime qui touche seulement l’industrie de l’assurance. Les coûts qui y sont associés dépassent largement les indemnités d’assurance si l’on considère les ressources mises à contribution pour le contrer (services de police et système judiciaire). Et cela, sans compter les inconvénients que le vol peut engendrer chez ses victimes.

Pour combattre efficacement un tel crime, il est essentiel de travailler sur plusieurs fronts et cela requiert la contribution de plusieurs intervenants.

Êtes-vous à risque de vous faire voler votre véhicule ?

Personne ne souhaite voir son véhicule volé, même s’il est assuré contre le vol.  Être privé d’une automobile pendant quelques temps comporte toujours des inconvénients, sans compter l’insécurité qu’un tel crime peut engendrer.

Le vol auto électronique

Ces dernières années, le vol auto électronique s’est imposé comme un nouveau moyen utilisé pour dérober des véhicules. Il vise les voitures munies d’une clé à distance ou d'un dispositif de démarrage sans clé à bouton poussoir, de plus en plus populaire sur les modèles récents de voiture.

Le mode opératoire du vol électronique se fait à l’aide d’appareils mobiles ou de portables et de logiciels spécialisés. Les pirates informatiques captent à distance le signal émetteur du porte-clés électronique, qui est rangé à l’intérieur de la maison, pour déverrouiller et voler le véhicule. Il suffit au voleur de se tenir à proximité de l’entrée pour déverrouiller et voler rapidement le véhicule. Le vol électronique peut également se faire sans même avoir accès à la clé par le piratage du système informatique du véhicule.

On reconnait les véhicules volés « électroniquement » parce que les serrures ne sont pas endommagées.

Protéger son véhicule contre le vol : des mesures simples et efficaces

  • Ne laissez jamais le moteur en marche sans surveillance et les clés dans l’auto.
  • Verrouillez toujours votre véhicule.
  • À la maison, rangez vos clés en lieu sûr, loin des portes d’entrée ou dans un boîtier spécial en métal, surtout s’il s’agit d’une clé électronique.
  • Stationnez votre véhicule dans un garage ou dans un endroit bien éclairé.
  • Ne laissez pas les certificats d’assurance et d’immatriculation dans l’auto.
  • Placez vos biens dans le véhicule hors de vue.
  • Informez-vous sur le marquage des pièces ou l’installation d’un système de repérage.
  • Ne cachez pas la clé de réserve à l'intérieur ou à l'extérieur du véhicule : la « boîte magnétique » est le secret le mieux connu des voleurs!
  • Vérifiez dans le manuel du constructeur si votre clé électronique peut être désactivée.

Avant de finaliser l’achat d’un véhicule neuf ou usagé

  • Vérifier le coût pour assurer le véhicule de vos rêves; s’il est à risque de vol, il en coutera plus cher à assurer.  C’est le cas notamment des véhicules utilitaires sport (VUS) qui ont la cote depuis quelques années auprès des voleurs.
  • Intéressé par un véhicule usagé? Méfiez-vous des trop bonnes affaires. Vérifiez si ce véhicule est libre de dette auprès du Registre des droits personnels et réels mobiliers (RDPRM). Si vous désirez authentifier votre véhicule et vous assurer qu’il n’a pas été volé, communiquez avec les Services d’enquête du BAC.

Lutter contre le vol auto : l’intervention de plusieurs partenaires est essentielle

Lutter contre un crime comme le vol auto exige la collaboration et l’engagement de plusieurs partenaires. Il importe aussi  de connaître  les différentes facettes de ce phénomène pour pouvoir mieux le combattre.

En effet,  les véhicules sont volés pour différentes raisons :

  • revente du véhicule;
  • démantèlement et revente en pièces détachées;
  • exportation à l’étranger;
  • utilisation du véhicule pour commettre d’autres crimes.

Parmi les différentes mesures privilégiées par le BAC, il faut :

  • assurer le respect des règles en vigueur pour éviter la remise en circulation de véhicules volés ou la revente de pièces volées;
  • renforcer les contrôles en matière de revente de pièces usagées pour s’assurer que les pièces de véhicules usagés vendues soient légales;
  • resserrer les contrôles dans les ports afin de limiter l’exportation vers l’étranger;
  • multiplier les enquêtes auprès des réseaux criminalisés afin de les démanteler;
  • rendre les véhicules plus difficiles à voler ou, s’ils sont volés, plus faciles à retrouver;
  • adopter des comportements préventifs qui réduisent le risque de vol.

Ces mesures requièrent donc la contribution de tous : les manufacturiers et les concessionnaires de véhicules neufs et usagés, les forces de l’ordre, les assureurs et les réparateurs, les consommateurs et finalement, les autorités responsables du contrôle du parc automobile, des douanes et du système judiciaire.

Contrer l’exportation des véhicules à l’étranger

De 2008 à 2018, le vol automobile a connu une baisse importante au Québec. La belle province n’est d’ailleurs plus la capitale du vol auto qui a été remplacée par l’Ontario. Selon les chiffres du Groupement des assureurs automobiles, le nombre de réclamations relatives à des voitures de tourisme est passé de 12 354 à 4 955 (baisse de 60 %) et le montant total des indemnités est passé de 167 millions $ à 110 millions $ (baisse de 34 %) durant cette période.

Les données statistiques compilées par l’industrie démontrent toutefois que les véhicules volés sont de plus en plus coûteux. Le coût moyen de sinistre automobile pour le vol auto est passé de 13 541 $ en 2008 à près de 22 354 $ en 2018, soit une augmentation de 65 %On constate que les véhicules les plus à risque de vol demeurent des véhicules haut de gamme.

Différentes mesures ont été mises en place et ont permis de mieux protéger les véhicules (système antivol approuvé obligatoire sur les véhicules neufs vendus depuis 2007) et de resserrer les contrôles du parc automobile et de la revente de pièces usagées. Elles ont donné des résultats.

Considérant le faible taux de recouvrement des véhicules volés qui s’établit à 35 % au Québec, les travaux accomplis par les services d’enquête (SE) du BAC démontrent toutefois que le vol automobile, tel qu’on le connait aujourd’hui, est l’œuvre de réseaux bien organisés. Ces derniers usent de différents stratagèmes pour contourner les règles en place, notamment par le vol électronique, et pour continuer leurs activités criminelles.

C’est pourquoi le BAC concentre ses efforts, en collaboration avec le Port de Montréal, le Service de police de la Ville de Montréal et  l’Agence des services frontaliers du Canada, à contrer l’exportation de véhicules volés et ainsi, tenter de recouvrer davantage de véhicules volés.

Sensibiliser les automobilistes

Le BAC poursuit aussi son travail de sensibilisation auprès des automobilistes afin de leur rappeler les comportements à adopter pour rendre la vie plus difficile aux voleurs et réduire le risque de se faire voler leur véhicule.